s. m. Terme de Theologie. C'est en sa premiere signification le synonyme de bon. Les Philosophes Payens n'ont point connu le souverain bien. La Theologie Chrêtienne nous apprend que Dieu est le souverain bien : c'est celuy à qui on doit rapporter toutes choses : c'est ce que tous les estres souhaittent. On dit aussi en Theologie, l'arbre de la science du bien & du mal.

BIEN, en termes de Jurisprudence, signifie, Toutes sortes de possessions & de richesses. On ne doit pas quitter les biens éternels pour les biens temporels. malheur à celuy qui usurpe le bien d'autruy. Qui confisque le corps, confisque les biens, pour dire, que tous les biens des condamnés au supplice, ou au bannissement perpetuel, appartiennent au fisc. On dit, qu'un homme s'oblige corps & biens, pour dire, qu'outre ses biens qu'il hypotheque, il se soûmet encore à demeurer en prison, faute d'executer ce qu'il promet. On dit aussi, Separer de corps & de biens, pour dire, Faire jouïr une femme de son bien propre, & luy donner une habitation à part. On appelle un Curateur aux biens vaquans, Celuy qu'on nomme pour deffendre une succession abandonnée où il n'y a point d'heritiers. On appelle Cession de biens, une renonciation qu'un debiteur fait en Justice à tous ses biens, qui est pour cela obligé de porter un bonnet vert. Une femme en perdant son mari qui est en fortune, perd le corps & les biens. Il faut qu'une caution donne un état de ses biens & facultés.

BIEN, se dit aussi pour signifier un heritage particulier. Ce Gentilhomme a un beau bien dans telle Parroisse, pour dire, un beau domeine.

BIEN, se dit aussi des fruits des heritages. La gelée est bonne pour les biens de la terre, & fait mourir la vermine. les Rogations sont instituées pour prier Dieu pour les biens de la terre.

BIEN, en Physique & en Morale, se dit encore de tout ce qui accommode nos affaires, ou qui conserve ou retablit nôtre santé. Cet homme étoit ruiné, la succession de son oncle luy a fait tous les biens du monde. un remede pris à propos fait grand bien à un malade. un peu de rossolis aprés le repas fait grand bien au coeur. ce Seigneur fait du bien à tous ses domestiques.

BIEN, se dit aussi de ce qui regarde la vertu, l'honnesteté, la valeur, la bonne fortune. Ce Prelat étoit un grand homme de bien. les avis de ce Magistrat vont toûjours au bien, il est fort zelé pour le bien public. cette Dame est une femme de bien & d'honneur. cet homme est obligeant, il dit du bien de tout le monde. cet étranger a bonne mine, il sent son bien. Corneille a dit d'un homme brave, dans le Cid,

Tu n'as fait le devoir que d'un homme de bien.

pour dire, d'un homme genereux. Ce fut un grand bien qu'il arriva des gens pour separer ces deux Seigneurs qui se battoient, pour dire, un grand bonheur.

En termes de Rethorique, on dit que c'est l'Art de bien dire. Il s'est mis sur son bien dire, il a parlé éloquemment.

BIEN, se dit aussi en plusieurs phrases adverbiales. Cela va de bien en mieux. Cet homme est fort bien dans ses affaires. On dit, qu'un portrait ressemble en bien, pour dire, qu'il est un peu flatté. On dit, qu'un homme est bien mal, pour dire, qu'il est dangereusement malade. Sa maladie se tourne en bien. Il boit & mange bien. Il est bien beuvant & bien mangeant. On luy a donné des remedes bien à propos. Cela n'est pas venu à bien, n'a pas profité. Il y avoit bien du monde à ce Sermon. Cette affaire ira bien autrement qu'on ne pense. Cet homme fait bien tout ce qu'il fait, il dit bien. Ces vers sont bien tournez. Il a fait cela tant mal que bien. On dit, qu'un homme voit bien clair, pour dire, qu'il est bien intelligent. Il n'en faut parler ni en bien, ni en mal. Vous en parlez bien à vôtre aise. C'est bien dit. Bien loin que cela luy serve, il luy pourra nuire. Ce Critique ne trouve rien de bien. On dit ironiquement, qu'un homme se porte bien, pour dire, qu'il est bien saoul. On dit aussi un homme bien fait, une femme bien faite, pour dire, belle & de bonne mine. On dit aussi par interjection, He bien qu'est-ce ? he bien achevez : & par conjonction, bien que. On dit aussi, bien bien, quand on veut témoigner quelque approbation, ou faire quelque menace.

On dit proverbialement, Bien attaqué, bien deffendu. Autant vaut bien battu, que mal battu. Un fou advise bien un sage. On dit aussi, Nul bien sans peine. A mal exploiter bien écrire.