Imprimer
Catégorie : Non classifié
Affichages : 807
v. act. Nommer quelque chose, la designer. On ne doit pas appeller charitable celuy qui preste avec interest. cet homme est sincere, il appelle toutes les choses par leur nom. il l'a appellé par son nom & surnom. C'étoit une civilité à Rome d'appeller quelqu'un par son nom ; en France c'est une incivilité.

APPELLER, signifie aussi, Invoquer. Appeller Dieu à son aide, implorer son assistance. appeller ses voisins au secours. appeller un Medecin à son aide. appeller du conseil.

APPELLER, signifie encore, Obliger quelqu'un à s'approcher de quelque endroit. Appeller les domestiques. les Barbares furent appellés en Italie par la richesse du pays. les oiseaux s'appellent l'un l'autre par leurs chants & par leurs cris.

On dit en termes de Chasse, qu'un chien appelle en faux, quand il abboye & clatit où les perdrix ont été à la rencontre du fray de perdrix.

APPELLER, se dit figurément en Morale, en parlant des choses muettes qui nous advertissent ou nous excitent à faire quelque chose. Ce Gentilhomme est allé où l'honneur l'appelle. cette cloche nous appelle au Sermon. la trompette appelle les soldats au combat. plusieurs ont été appellés, mais il y en a peu d'eslûs. Dieu ne l'a pas appellé à cette profession. Dieu l'a appellé à luy pour rendre compte de ses actions.

APPELLER, signifie aussi, Nommer tout haut ceux qui doivent se trouver à quelque montre ou à quelque exercice, ou à quelque recepte, à quelque comparution. Ce soldat ne s'est point trouvé à la montre quand on appelloit. cet ouvrier n'a point respondu quand on l'a appellé, il sera picqué. ce rentier ne s'est point entendu appeller, il ne recevra rien aujourd'huy.

APPELLER, signifie aussi, Deffier, provoquer à un combat singulier. Autrefois les braves faisoient vanité de s'appeller en duel pour la moindre chose.

APPELLER, signifie quelquefois simplement, Surnommer : ce qui se dit principalement des surnoms qu'on donne aux hommes illustres en guerre, ou en science : comme, Alexandre qu'on appelle le Grand. Denis appellé le Tyran. Pierre d'Appone qu'on appelle le Conciliateur. Jacques Suisser qu'on appelle le Calculateur.

APPELLER, signifie aussi, Citer en jugement, en témoignage. On a mis sur la requeste, Soit partie appellée. on l'a assigné, appellé en témoignage. il a été appellé à trois briefs jours. il a fait appeller son garent.

APPELLER, se dit plus particulierement de la citation qui se fait en l'Audience, lors que la cause doit être plaidée. Laissez moy passer au Barreau, voilà qu'on appelle ma cause, elle a été appellée à tour de rolle.

APPELLER, signifie aussi, Assigner une partie devant un Juge superieur, quand on pretend qu'on a été mal jugé par un Juge inferieur ; reclamer son secours & sa protection. Cet innocent qu'on avoit condamné en appelle au tribunal de Dieu. il en a appellé à la Cour. On dit encore au Palais, Appeller en adherant, quand on appelle d'une seconde sentence renduë par le même Juge en execution de la premiere, au prejudice de l'instance pendante devant le Juge superieur.

On dit figurément & en discours familier, quand on reclame contre quelque proposition ou sentence que quelqu'un a avancée, qu'on en appelle. Vous dites que je suis obligé à vous donner à disner : j'en appelle. le Medecin croyoit que son malade devoit mourir, mais il en a appellé. on ne vous a fait payer que tant de cette marchandise ; c'est bon marché, il n'en faut point appeller.

On dit proverbialement, en parlant d'un homme qui ne fait rien de ce qu'on souhaitte, qu'il est comme le chien de Jean de Nivelle, qu'il s'enfuit quand on l'appelle. Voyez l'origine de ce proverbe au mot Jean. Le peuple dit aussi, Je ne m'enqueste, je m'appelle la Roche.