Imprimer
Catégorie : Non classifié
Affichages : 970
subst. masc. Grand arbre qui croist aux Indes de huit ou dix pieds de haut. Son tronc est gros comme la cuisse. A sa teste il se fait un grand amas de feuilles dentelées & espaisses, larges par embas, s'estrecissant jusqu'à la pointe, qui sont de quatre pieds de long. Sa fleur est d'un rouge entremeslé de jaune, & est double comme l'oeuillet. Elle est soustenuë par de petits rameaux qui sortent du tronc avec les feuilles, entre lesquelles elle se couche. De cette fleur vient un fruit rond comme un gros pois, blanc & rouge. On tire le suc de ces feuilles en les fendant avec un couteau, & en le recueillant dans des calebasses. Quand il est seché au soleil, il tire sur la resine. Son bois est moucheté, odorant & amer. Son écorce est si déliée, qu'elle semble estre une peau dont la couleur est changeante. On la masche, & on se lave la bouche de sa decoction pour avoir l'haleine bonne, à ce que dit Dioscoride. Il y en a plusieurs especes, dont le meilleur est l'Agallochum d'Inde, qui vient de Calecut. Le plus exquis est le noir de couleur changeante, plein, pesant, massif, gros & espais, qui ne tire point à la blancheur, & qui s'allume difficilement. Ceux qu'on voit en Europe n'ont point de tige. Voyez Amatus Lusitanus & Marcgraphius, qui en ont donné des figures. Nicod dit que ce mot est Grec, Latin & François, & derivé de l'Hebreu ahala. Les Indiens jettent de ce bois dans les buchers où ils bruslent les corps, pour les faire sentir bon. Dioscoride fait mention d'un Aloes qui a des feuilles semblables à la Squille, courtes, espaisses, grasses, un peu larges, rondes & dentelées deçà & delà par intervalles, & de biais en forme de petites pointes ou espines. Sa tige est semblable à celle de l'Aphrodille, aussi bien que sa fleur & sa graine. Elle est attachée à une seule racine comme à un pal. Matthiole dit qu'il y en a en Europe qui ont des fleurs purpurines aussi bien que des blanches. Quand le suc de l'Aloes est grossier & terrestre, il est appellé Aloes caballin, parce qu'il sert aux chevaux. S'il est un peu plus purifié, il s'appelle Aloes hepatique, à cause qu'il est de couleur de foye & jaunastre. Et quand il est tres-purifié, il s'appelle Aloes cicotrin, ou succotrin, à succo concreto, ou à cause de l'Isle de Zocotora où on le recueille en abondance. Il est de couleur d'un jaune d'or luisant & transparent, & d'une odeur assez agreable : & c'est de là que vient Chicotin. On dit que l'Aloes de l'Amerique mucronato folio croist si promptement, qu'il y en avoit un dans le jardin du Cardinal Farnese à Rome, qui avoit cru de 23. pieds en deux mois : & un autre à Madrid qui avoit cru de dix pieds en une nuit. Ce mot vient de l'Arabe Agallugun, qu'on trouve dans Avicenna.