s. m. Biens que le mari assigne à sa femme en se mariant, pour en jouïr par usufruit pendant sa viduité, & en laisser la proprieté à ses enfans. Le doüaire prefix est celuy qui consiste en une certaine somme d'argent, ou en quelque terre ou heritage affecté au doüaire. Doüaire coûtumier est la moitié de tous les biens qu'a le mari le jour de son mariage, lequel a lieu quand on n'a point stipulé de doüaire prefix. Chez les Gots le doüaire n'étoit que la dixiéme partie des biens du mari ; chez les Lombards la quatriéme ; chez les Romains & les Siciliens la troisiéme ; en France c'est la moitié des heritages ou propres du mari. Le doüaire est si privilegié, qu'un decret ne le purge pas, & son hypotheque demeure toûjours. Ce mot vient du Latin dotarium.