Imprimer
Catégorie : Non classifié
Affichages : 263
v. act. Transporter à un autre la proprieté d'une chose qui nous appartient, moyennant l'argent dont on convient. On vend les meubles par une simple tradition. Pour vendre des heritages, il en faut faire un contract. On vend ordinairement de gré à gré & à l'amiable ; quelquefois forcément à l'encan, à l'égard des meubles ; par decret, à l'égard des heritages : l'une & l'autre façon de vendre est à cry public, au plus offrant & dernier encherisseur. Ce mot vient du Latin vendere.

VENDRE, se dit aussi de la maniere d'aliener sa marchandise, ses possessions. Il y a des Marchands qui vendent en gros, d'autres en detail, à credit, argent comptant. Les grains se vendent au boisseau, les estoffes à l'aune, les espiceries à la livre. On excommunie au prosne ceux qui vendent à faux poids, ou à fausse mesure. Les bourgeois vendent leur vin à pot. Les Cabaretiers qui vendent leur vin par assiette, n'ont point pour cela d'action en Justice par le 128. Art. de la Coûtume de Paris. Le bled est de requeste en cette saison, & se vend bien, c'est à dire, il est cher, & on en a prompt debit.

On vend les charges, les lettres au poing, ou simplement la procuration pour resigner. Les Domeines du Roy se vendent à faculté de rachat perpetuel. Les particuliers les peuvent vendre avec faculté de remeré, ils les vendent avec garentie, ou francs & quittes de toutes charges & hypotheques.

VENDRE, se dit quelquefois improprement pour, Eschanger, ou donner pour peu de chose. Esaü vendit son patrimoine pour une esculée de lentilles. Il a vendu sa maison pour une piece de pain. Le commerce est rompu, rien ne se vend. Ce n'est pas là vendre sa marchandise, c'est la donner.

VENDRE, signifie aussi, Constituer une rente sur soy. Tous les contracts de constitution portent, qu'un tel a vendu, creé & constitué, assis & assigné sur luy & à toûjours une rente annuelle & perpetuelle de tant. On dit aussi, vendre une rente, quand le creancier la transporte à un autre.

VENDRE, se dit figurément en choses morales. Un homme qui se marie vend sa liberté. Un meschant Juge vend la justice. Une femme vend son honneur, quand elle se prostituë pour de l'argent. Un soldat vend bien sa vie, vend cher sa peau, quand il se deffend courageusement, quand il tuë bien des ennemis.

VENDRE, signifie aussi, Trahir, tromper. Judas vendit le juste moyennant trente deniers. Un Sergent vendroit son pere, le mettroit en prison. C'est un homme plus fin que ses associez, il les vendroit tous à beaux deniers comptans. On accuse les Procureurs de vendre souvent leurs parties ; & les flatteurs, de vendre de l'encens, de la fumée.